ARK Invest, Square : le minage de Bitcoin pourrait encourager le développement d’énergies renouvelables

Partager l’article
EN BREF
  • ARK Invest a collaboré avec Square sur une étude affirmant que le minage de BTC pourrait encourager le développement des énergies renouvelables.

  • D'autres sont sceptiques, affirmant que les énergies renouvelables sont déjà bien incitées et pourraient être utilisées de manière plus appropriée.

  • Le cofondateur de Ripple affirme que les cryptomonnaies devraient adopter une méthode de validation moins énergivore que la preuve de travail de Bitcoin.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Selon une étude réalisée par ARK Investment Management LLC de Cathie Wood et Square Inc. de Jack Dorsey, le minage de bitcoins (BTC) pourrait favoriser le développement des énergies renouvelables.

Sponsorisé



Sponsorisé

L’étude affirme que le minage de cryptomonnaies pourrait stimuler les investissements dans les énergies renouvelables, tout en mettant davantage d’options à disposition du réseau. “Un monde avec des bitcoins est un monde qui, à l’équilibre, produit plus d’électricité à partir de sources renouvelables sans carbone”, indique l’étude.

Bien que l’énergie solaire et l’énergie éolienne soient moins chères que les combustibles fossiles, elles produisent trop d’énergie lorsque la demande est faible et pas assez lorsqu’elle est élevée. Pendant les périodes marquées par un excédent d’énergie et une faible demande, un développeur d’énergie renouvelable pourrait gagner de l’argent en exploitant des cryptomonnaies. Potentiellement, cela pourrait inciter à développer davantage les énergies renouvelables, accroître l’efficacité, faire baisser les prix et à encourager la transition vers des sources durables.

Sponsorisé



Sponsorisé

Des intérêts personnels ?

Le PDG d’ARK Invest, M. Wood, affirme que les idées de recherche “déboulonnent le mythe” selon lequel le minage de Bitcoin nuit à l’environnement. La société Square de Jack Dorsey a également collaboré à ces recherches. Dorsey a déclaré que le bitcoin “encourage les énergies renouvelables“. Cependant, ils ont tous deux des intérêts profondément ancrés dans le succès du BTC, ce qui rend la validité de l’étude quelque peu douteuse.

ARK a investi activement dans des actions liées aux cryptomonnaies, notamment en détenant des participations importantes dans Coinbase Global Inc. et Bitcoin. Le portefeuille d’ARK comprend également Tesla d’Elon Musk, qui a fait un coup d’éclat en achetant 1,5 $ milliard de bitcoins en février.

Pendant ce temps, Square de Dorsey a acheté 50 $ millions en bitcoins en octobre de l’année dernière, et 170 $ millions supplémentaires en février. Les cryptomonnaies ont également pris une part croissante dans son activité, grâce à l’utilisation de son application Cash pour les transactions en bitcoins.

Une meilleure utilisation des énergies renouvelables que le minage de Bitcoin

Outre le scepticisme qui se cache derrière les motifs de la recherche, d’autres affirment que les énergies renouvelables font déjà l’objet de plus d’investissements. Une part plus importante de l’énergie est de plus en plus fournie par l’électricité, tandis que le coût de l’énergie renouvelable est en chute libre. Selon l’Agence internationale de l’énergie, l’énergie éolienne et solaire représentera environ 12% de la demande d’électricité d’ici à 2030. Ce chiffre représente plus du double de celui de 2019.

De plus, certains affirment qu’il existe des utilisations plus appropriées de l’énergie renouvelable que le minage de Bitcoin. Par exemple, la décarbonisation de la demande énergétique existante qui repose sur la combustion de combustibles fossiles. La demande d’électricité augmente également, car les véhicules électriques sont de plus en plus adoptés. 

Comme le dit Chris Larsen, directeur de Ripple, le minage de bitcoins “est en concurrence directe avec des besoins énergétiques plus urgents qui doivent passer aux énergies renouvelables ; des industries comme le béton et l’acier, le transport aérien et l’agriculture.” Il qualifie l’argument avancé par l’étude de “fallacieux”.

Dans un article d’opinion, M. Larsen affirme que les cryptomonnaies doivent abandonner la méthode de validation de preuve de travail (“proof-of-workf“), qui consomme beaucoup d’énergie. Il s’agit du modèle de consensus à la base du minage de bitcoin. Selon lui, si les cryptomonnaies ne migrent pas vers des méthodes de validation plus efficaces, telles que la preuve d’enjeu ou le consensus fédéré, l’adoption future des cryptomonnaies pourrait être compromise.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Nick is an Oral Communication Skills Professor and Data Science Specialist in Budapest, Hungary with an MSc in Business Analytics. He is a relative latecomer to the field of cryptocurrency and blockchain technology, but is intrigued by its potential economic and political usage. He can best be described as an optimistic center-left skeptic.<a href="mailto:editorinchief@beincrypto.com">Email him!</a>

SUIVRE CET AUTEUR

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous

Gagnez jusqu’à 10 000 USD chaque semaine avec l’AMM + Arena de CoinFLEX !

Gagnez dès maintenant