Voir plus

Solana ou Ethereum : les principales différences

10 mins
Mis à jour par Célia Simon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

Grâce à leurs fonctionnalités innovantes, Ethereum et Solana ont fortement contribué à l’essor de la DeFi et des NFT. Cependant, certains membres de la crypto sphère pensent que Solana finira tôt ou tard par détrôner Ethereum. Est-ce possible ?

Ici, nous nous pencherons sur les principales différences entre Solana et Ethereum, notamment en matière de décentralisation, de sécurité et d’évolutivité.

Table des matières

  • Qu’est-ce qu’Ethereum ?
  • Qu’est-ce que Solana ?
  • Solana ou Ethereum : les principales différences
    1. Le mécanisme de consensus
    2. Le langage de programmation
    3. La décentralisation
    4. Les pannes de réseau
    5. Les frais de transaction
    6. Le débit des transactions
    7. La taille du réseau
    8. La capitalisation boursière
    9. L’écosystème DeFi
    10. Les NFT
  • Solana ou Ethereum : lequel choisir ?
  • Questions fréquentes (FAQ)

Qu’est-ce qu’Ethereum ?

Ether

Ethereum est la première blockchain programmable au monde. Elle permet aux développeurs de créer des applications décentralisées à l’aide de sa fonction polyvalente de contrats intelligents.

La blockchain Ethereum peut également être utilisée pour les jetons non fongibles (NFT) et les applications de finance décentralisée (DeFi). Elle a pour objectif de s’adapter aux besoins d’un grand public et de servir un large éventail d’applications spécialisées. Elle offre également une sécurité optimale et toute une panoplie d’outils pour créer n’importe quel type d’applications décentralisées.

Le token natif de la blockchain s’appelle Ether (ETH), et il est également utilisé pour le paiement des frais de gaz. Notons toutefois qu’Ethereum s’apprête actuellement à adopter un algorithme de proof of stake, qui apportera plusieurs avantages au réseau, notamment une réduction des coûts.

Qu’est-ce que Solana ?

Solana

Solana a été créé dans l’objectif de résoudre les problèmes de scalabilité rencontrés par la blockchain Ethereum, lesquels sont dus à l’intérêt croissant pour la crypto et aux débits de transaction limités. En effet, Solana utilise des astuces techniques intelligentes pour trouver des solutions convaincantes à des problèmes que d’autres blockchains n’ont pas pu résoudre.

Tout comme Ethereum, Solana offre une plateforme pour les applications décentralisées (dApps) et les jetons non fongibles. Ces objets de collection numériques, y compris les œuvres d’art NFT, ont fortement suscité l’intérêt des artistes numériques comme les modélisateurs 3D et les artistes d’effets visuels. 

Degenerate Apes est l’un des premiers projets NFT de Solana. Cette collection contient plus de 10 000 portraits qui ne peuvent être achetés qu’en SOL, ce qui peut avoir un impact considérable sur la valeur du token. Notons que le volume des transactions de Degenerate Apes s’élève actuellement à des dizaines de millions de dollars.

Solana ou Ethereum : les principales différences

Les deux blockchains ont leurs partisans et leurs détracteurs. Elles ont également des milliers d’applications qui croient en leurs capacités. Cependant, le réseau Ethereum surpasse Solana en termes d’adoption, car il offre un écosystème de dApps plus transparent et plus sophistiqué. 

Sans plus tarder, penchons-nous sur les différences majeures entre Solana et Ethereum.

1- Le mécanisme de consensus

ETH 1.0 repose sur un mécanisme de consensus de proof of work (PoW) similaire à celui de Bitcoin. Cela signifie que le réseau est protégé par les mineurs, qui utilisent la puissance de calcul de leurs ordinateurs pour valider les transactions blockchain et générer de nouveaux blocs. Ce mécanisme sécurise le réseau et le rend plus décentralisé, mais il ne peut traiter que quelques transactions par seconde, ce qui constitue un énorme obstacle à la croissance de la blockchain.

Solana, en revanche, utilise un algorithme de proof of history (PoH). Il s’agit d’un mécanisme qui nécessite une série de calculs pour déterminer le temps cryptographique entre deux événements. Par conséquent, il permet de suivre les demandes de transactions en y ajoutant des horodatages. Ce séquencement de demandes est complètement différent de celui de BTC ou ETH, où les transactions ne sont pas exécutées de façon chronologique.

Contrairement à Ether, Solana est basé sur une architecture appelée “stateless” (sans état), qui permet de réduire considérablement la consommation de mémoire. Grâce à ce système, le réseau n’a pas besoin de se mettre à jour après chaque transaction. Par conséquent, les transactions peuvent être effectuées de façon séquentielle, ce qui rend Solana extrêmement évolutif.

2- Le langage de programmation

Les développeurs peuvent créer des programmes par le biais des contrats intelligents qui s’exécutent sur les réseaux blockchain décentralisés. En effet, chaque nœud du réseau héberge sa propre machine virtuelle qui exécute les instructions au fur et à mesure qu’elles sont ajoutées au registre numérique.

Ceci dit, la sécurité des contrats intelligents dépend fortement des langages de programmation pris en charge par la blockchain et des machines virtuelles qu’elle utilise.

Bien sûr, le choix du langage de programmation est essentiel, car les développeurs qui le maîtrisent mieux seront moins susceptibles de faire des erreurs. Cela signifie qu’une machine virtuelle plus ancienne est souvent plus stable et moins vulnérable aux erreurs qu’une machine plus récente.

Ethereum utilise la machine virtuelle Ethereum (EVM) personnalisée. Ses contrats intelligents sont donc rédigés principalement dans des langages personnalisés comme :

  • Solidity (inspiré du langage C++)
  • Viper (langage Python)
  • Yul/Yul+ (langage intermédiaire à EVM)
  • Fe (basé sur Rust et Python)

Solana, en revanche, préfère utiliser des langages plus connus comme C, C++ et Rust.

En effet, l’architecture de Solana est plus compliquée et prend en charge le multithreading (peut traiter plusieurs processus en même temps). De plus, elle utilise le mécanisme de transfert de transactions Gulf Stream plutôt que celui de mempools.

S’il est utilisé par des développeurs novices, Solidity, le langage de programmation d’Ether, peut créer de nombreuses failles dans les contrats intelligents. Bien que Solana utilise des langages de programmation plus familiers, son architecture complexe peut poser des risques de sécurité lorsque le code n’est pas minutieusement audité par des programmeurs expérimentés.

3- La décentralisation

La décentralisation est au cœur de la technologie blockchain. Un réseau décentralisé est un réseau qui n’est dirigé par aucun individu ou unité centrale. En d’autres termes, la décentralisation rend le réseau plus résilient et permet de limiter les abus de pouvoir. 

Cependant, la décentralisation peut également poser des problèmes au sein des systèmes blockchain. En effet, les réseaux PoW ont ouvert la voie aux pools de minage, qui ont créé un environnement dans lequel plusieurs groupes peuvent avoir un contrôle centralisé sur la blockchain.

De même, la PoS est un système où les stakers les plus fortunés reçoivent également les plus grandes récompenses. Par conséquent, “les riches continuent de s’enrichir”, ce qui risque de centraliser le pouvoir.

Solana est plus centralisé qu’Ethereum. Ses 30 meilleurs validateurs détiennent plus de 35 % de l’offre totale et ont des milliers de tokens SOL placés en staking. Ils contrôlent donc une partie importante du réseau.

4- Les pannes de réseau

Ethereum est le premier réseau blockchain programmable, et la plupart de ses défauts ont été résolus depuis sa création. Malgré ses problèmes de congestion, il ne tombe jamais en panne car il est nettement plus décentralisé que les autres blockchains. Il s’agit en effet de l’une des raisons pour lesquelles Ethereum a eu du mal à évoluer. Le projet veut que chaque utilisateur crypto soit capable d’exécuter un nœud Ethereum sur n’importe quelle machine. Depuis sa création, Ethereum n’est jamais tombé en panne.

Solana, en revanche, peine toujours à créer un réseau véritablement décentralisé. Depuis son lancement, la blockchain a connu plusieurs pannes.

La première panne de Solana a eu lieu en décembre 2020. Elle a duré cinq heures, mais les fonds des utilisateurs n’ont pas été perdus. La deuxième panne s’est produite en septembre 2021 et a duré 17 heures. Elle a été causée par une attaque DDoS (Distributed Denial of Service).

On parle d’attaque DDoS lorsqu’un acteur malveillant tente de congestionner le réseau. Dans le cas de Solana, l’attaque a causé une panne de plusieurs heures qui a fait fuir certains investisseurs, mais aucun token n’a été perdu.

Cependant, Solana a connu une troisième panne qui ne résultait pas d’une attaque. En janvier 2022, des robots ont congestionné le réseau lors d’une offre initiale de DEX, le poussant à atteindre un pic de 400 000 TPS (transactions par seconde). Bien que cette panne soit alarmante, le fait que Solana puisse gérer jusqu’à 400 000 TPS est impressionnant.

5- Les frais de transaction

Frais de gaz

Ce point est essentiel, car comme vous le savez, la plupart des investisseurs détestent payer les frais de gaz. Sans surprise, ETH a des frais de transaction beaucoup plus élevés que Solana

En juillet 2022, les frais de gaz moyens du réseau Ethereum s’élevaient à 3 Gwei (0,09 $), tandis que sur Solana, ces frais ne dépassaient pas 0,0000053 SOL (0,0000014 $) par transaction.

Sur Solana, les blocs s’exécutent en 0,4 seconde et peuvent englober jusqu’à 20 000 transactions. En revanche, les blocs d’Ether nécessitent 13 secondes pour s’exécuter et ne prennent en charge que 70 transactions.

6- Le débit des transactions

Grâce à l’architecture de son réseau, Solana est l’une des blockchains les plus rapides en matière de traitement des transactions. En effet, Ethereum a donné la priorité à la décentralisation, tandis que Solana s’est focalisée davantage sur le débit des transactions.

ETH 1.0 peut gérer jusqu’à 30 TPS, tandis que Solana peut traiter plus de 50 000 TPS. À titre de comparaison, Visa, la plateforme de paiement international, peut gérer 65 000 TPS.

Notons toutefois qu’après ses prochaines mises à jour, le réseau Ethereum devrait pouvoir traiter 100 000 TPS.

7- La taille du réseau 

Ether est le plus grand réseau de contrats intelligents. Selon DeFillama, la TVL (valeur totale verrouillée) d’Ethereum s’élève à 53,21 milliards de dollars, tandis que celle de Solana n’est que de 2,54 milliards de dollars. Il s’agit d’une différence de plus de 95%, ce qui signifie que la plupart des applications financières préfèrent Ethereum. Solana commence à peine à attirer les institutions financières, et il lui faudra peut-être beaucoup de temps pour atteindre la taille colossale du réseau Ethereum.

8- La capitalisation boursière

Capitalisation boursière

Ethereum et Solana ont tous les deux des tokens natifs qui sont utilisés pour le paiement des frais de transaction. Ces cryptomonnaies occupent une place importante au sein du marché des actifs numériques.

En juillet 2022, 1 ETH valait 1 465 dollars et la capitalisation boursière d’Ethereum s’élevait à 178,4 milliards de dollars, avec plus de 121,7 millions de pièces ETH en circulation. Ether arrive en deuxième position du classement des cryptomonnaies par capitalisation boursière, juste derrière Bitcoin.

Le réseau Solana n’a pas non plus d’offre maximale fixe de SOL. Cependant, il a un taux d’inflation fixe, qui diminue avec le temps en vue d’atteindre 1,5 % à long terme. En juillet 2022, 1 SOL valait 36,33 $ et 345,89 millions de SOL étaient en circulation. Cela porte la capitalisation boursière de Solana à 12,57 milliards de dollars.

9- L’écosystème DeFi

En raison de son ancienneté, Ethereum possède un écosystème DeFi beaucoup plus vaste et plus diversifié que celui de Solana. Cependant, Solana s’efforce d’attirer davantage de développeurs par le biais de plusieurs stratégies marketing comme les hackathons et les programmes de primes aux bugs. Ces actions ont contribué à augmenter à la fois le nombre d’utilisateurs et de développeurs.

De son côté, Ethereum est le réseau principal de certaines des applications DeFi les plus utilisées, notamment MakerDAO, Lido, Uniswap et Aave. De plus, lorsque la tendance des jetons non fongibles a explosé en 2021, la plupart des grandes marketplaces NFT ont choisi de s’installer sur Ethereum.

Il convient toutefois de souligner que l’écosystème DeFi de Solana en est encore à ses débuts. Cependant, plusieurs dApps basées sur cette blockchain commencent à attirer de nouveaux utilisateurs, notamment grâce aux hackathons. Parmi les applications DeFi les plus populaires sur Solana, on peut citer Solend et Raydium.

Étant donné que la blockchain est encore une nouvelle technologie, l’écosystème continue de se développer. Il existe cependant une étrange corrélation entre Solana et Ethereum – chaque fois que les frais de gaz d’Ethereum montent en flèche, les utilisateurs de Solana semblent augmenter.

Bien que personne ne puisse prédire l’avenir, on peut dire que l’écosystème DeFi actuel d’Ethereum est plus développé et offre une gamme d’applications plus large que Solana.

10- Les NFT

NFT

Ethereum n’est pas la première blockchain à proposer des jetons non fongibles (NFT), mais elle a fortement contribué à leur essor. Certes, les NFT n’ont explosé qu’en 2021, mais leur création remonte à plusieurs années.

CryptoKitties a été l’une des premières plateformes blockchain à proposer des NFT. Néanmoins, sa popularité n’a explosé qu’en 2017, lorsqu’elle a provoqué une forte congestion du réseau ETH.

Bien que SOL soit nouveau dans l’univers des NFT, il rattrape rapidement son retard. Le réseau permet à ses utilisateurs d’acheter des NFT sans frais de transaction et en seulement quelques clics. Par conséquent, les NFT basés sur Solana sont plus facilement accessibles que ceux d’Ethereum.

Les prix des NFT Solana ont fortement augmenté au second semestre 2021. En septembre 2021, un NFT de la collection Degenerate Ape a été vendu pour 1,1 million de dollars. Il s’agissait de la première vente à plus d’un million de dollars sur Solana. Puis en octobre 2021, Un NFT Solana Monkey a été vendu pour 2 millions de dollars.

CaractéristiqueEthereumSolana
Année de lancement20132017
TPS (nombre de transactions par seconde)13-1550 000- 65 000
Frais de transaction3 Gwei (0,09 $)0,0000053 SOL (0,0000014 $)
Temps d’exécution des blocs15 secondesune seconde
Mécanisme de consensusProof of WorkProof of History, Delegated Proof of Stake
Langage de programmationSolidityRust, C, C++
ArchitectureArchitecture “stateful”Architecture “stateless”
ScalabilitéScalabilité limitéeUn protocole hautement évolutif
Avantages– une blockchain qui a fait ses preuves;
– une grande communauté de développeurs;
– un large écosystème pour la DeFi et les NFT.
– des transactions rapides et des frais peu élevés;
– une bonne scalabilité;
– un faible impact sur l’environnement.
Inconvénients– frais de gaz élevés;
– faible débit;
– nouveau langage de programmation.
– peu de projets;
– une blockchain plus centralisée;
– manque de transparence.

Solana ou Ethereum : lequel choisir ?

Alors, Solana ou Ethereum ? Afin de répondre à cette question, vous devez tout d’abord connaître vos besoins.

Si vous êtes développeur, vous vous intéresserez probablement aux aspects techniques des deux réseaux. Chaque blockchain a son propre mécanisme de consensus et sa propre méthode de scalabilité. Solana est la blockchain la plus rapide, mais Ethereum a un volume de transactions beaucoup plus élevé.

Si vous êtes investisseur, vous vous intéresserez davantage aux perspectives de croissance des tokens natifs de ces réseaux. Le rythme d’évolution du monde de la finance décentralisée laisse présager que ces deux blockchains se développeront à l’avenir. Mais à quel point se développeront-elles ? Et comment sera l’avenir de leurs tokens natifs ? Voici les dernières prédictions des analystes pour Solana (ici) et pour Ethereum (ici).

Questions fréquentes (FAQ)

Solana est-il plus sécurisé qu’Ethereum ?

Solana peut-il détrôner Ethereum ?

Solana sera-t-il aussi important qu’Ethereum ?

Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, le contenu éducatif de ce site est proposé de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. BeInCrypto a pour priorité de fournir des informations de haute qualité, en consacrant du temps à la recherche et à la création d'un contenu informatif pour les lecteurs. Bien que des partenaires puissent récompenser l'entreprise avec des commissions pour des placements dans les articles, ces commissions n'influencent pas le processus de création de contenu impartial, honnête et utile. Toute action entreprise par le lecteur sur la base de ces informations se fait strictement à ses propres risques.

57e71e4b72a101031947418c1e30dedd.png
Iulia Vasile
Iulia est ingénieur en informatique et rédactrice spécialisée dans les cryptomonnaies depuis 2017. Iulia tient également un blog sur la technologie, la blockchain et les voyages. Son objectif est de découvrir et de voyager autant que possible, puis de raconter au monde ses plus belles expériences.
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé