Voir plus

Review de l’année 2021 du marché crypto

17 mins
Mis à jour par Célia Simon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

Le bitcoin a commencé l’année à 29 000 $, après une remontée de trois mois à partir de 10 000 $ en octobre de l’année précédente, aidée en partie par Michael Saylor qui a tracé un chemin institutionnel et acheté des bitcoins en masse. Ethereum a également dépassé les 1 000 dollars pour la première fois en trois ans, indiquant que les altcoins connaîtraient également un bon début d’année 2021. Le mois s’est achevé par une hausse de 20% en une journée, déclenchée par Elon Musk, qui a déclaré que “rétrospectivement, c’était inévitable” et a ajouté un logo Bitcoin à son profil Twitter, l’un des premiers signes de l’émergence des cryptos cette année 2021.

Ces hausses de prix, ainsi que d’autres dans tous les domaines, ont poussé la valeur du marché des cryptomonnaies à dépasser la barre des 1 000 milliards de dollars, un exploit stupéfiant en si peu de temps.

Premier trimestre : performances encourageantes des cours crypto et scandales légaux

De plus, en janvier, Crypto.com a gagné 300 000 followers sur Twitter, a collaboré avec Booking.com pour proposer des offres uniques et a choisi Alchemy pour gérer sa plateforme de développement

VanEck a également déposé une nouvelle demande pour un ETF Bitcoin au cours de la nouvelle année, après des refus répétés de la Securities and Exchange Commission, la première demande de la société depuis 2019.

Le mois de janvier 2021 a cependant apporté de mauvaises nouvelles aux clients de Ledger qui pensaient avoir évité de faire partie des 272 000 clients dont les informations personnelles ont été volées lors d’une violation de données en 2020. Shopify a informé le fabricant de portefeuilles de cryptomonnaies que les informations personnelles de 20 000 clients supplémentaires avaient été volées, portant le total à 292 000 victimes.

Dans un contexte où le marché commençait lentement à se remettre de sa période baissière démarrée en 2018, les médias grand public ont intensifié leur condamnation de Bitcoin comme jamais auparavant. L’accent a été mis sur les dommages environnementaux, qui allaient devenir une caractéristique de 2021.

Digiconomist

Craig Wright, un businessman australien reconnu dans l’industrie pour avoir déclaré être Satoshi Nakamoto (mais qui est globalement regardé comme étant fallacieux dans la communauté), a commencé une attaque de grande ampleur concernant Bitcoin, en tentant de retirer le whitepaper du BTC des sites web l’hébergeant , en alléguant qu’ils violaient ses droits d’auteur et menaçant de poursuivre en justice quiconque ne s’exécuterait pas.

Craig Wright a d’ailleurs intenté une action en justice contre Cobra en février, moins d’un mois après avoir annoncé son intention de poursuivre tout site web qui ne retirerait pas le document de ses serveurs.

En juin, la Haute Cour de justice de Londres a ordonné que Cobra, l’individu pseudonyme derrière le site éducatif Bitcoin.org, cesse de fournir le whitepaper de Bitcoin au Royaume-Uni, accordant à Craig Wright une victoire par défaut dans cette affaire.

L’ancien PDG de BitMEX, Arthur Hayes, a aussi plaidé non coupable pour avoir conspiré sur le contournement de la réglementation américaine imposant le déploiement de mesures de protection contre le blanchiment d’argent, ce qui a donné le coup d’envoi du mois d’avril. Il était en fuite depuis six mois lorsqu’il s’est rendu à Honolulu pour se rendre à la justice. Il a été libéré moyennant une caution de 10 millions de dollars et comparaîtra devant un tribunal en 2022, selon les dossiers judiciaires.

Si le BTC a connu un bon début de mois, c’est le Binance Coin (BNB) qui a attiré le plus d’attention, s’envolant de 286 à 636 dollars en moins de deux semaines au début du mois grâce au succès de la Smart Chain de Binance, qui voyait certains de ses projets, dont le plus connu était Safemoon, générer des rendements à quatre chiffres.

Avril : cours de Bitcoin en montagnes russes et buzz du DOGE

Mi-avril, Bitcoin a atteint ce qui allait s’avérer être son plus haut niveau historique, du moins pour le moment, lorsqu’il a atteint 65 000 dollars le jour même du lancement de l’entré en bourse de Coinbase sur le Nasdaq. L’action de Coinbase, sobrement intitulé COIN a chuté lors de son premier appel public à l’épargne, mais pas avant que ses propriétaires aient pu vendre leurs avoirs en réalisant un profit substantiel, un geste qui allait servir de signe avant-coureur pour l’avenir du BTC dans les semaines suivantes.

Dogecoin, quant à lui, est la cryptomonnaie qui a dominé le mois d’avril 2021. Propulsé par les tweets constants d’Elon Musk et une campagne conjointe de TikTok et r/WallStreetBets pour le faire passer à un dollar, la célèbre meme coin a vu sa valeur plus que doubler au cours du seul mois d’avril, passant de 0,05 à 0,45 dollar en seulement deux semaines. En conséquence, des monnaies telles que le token SHIB et d’autres imitations ont connu une progression encore plus importante.

Elon Musk dogecoin

Bien que la sphère médiatique ait tenté de tempérer l’ambiance, les cryptomonnaies étaient portées par une vague de bonnes nouvelles, et une autre bonne nouvelle est arrivée lorsque Venmo a annoncé qu’elle suivait PayPal sur le marché des cryptomonnaies, permettant à ses clients d’acheter et de vendre sur la plateforme, marquant ainsi une nouvelle étape dans l’adoption des cryptomonnaies par le grand public.

Le BTC a ensuite connu une chute extrême, passant de 65 000 à 47 000 dollars en l’espace de 11 jours durant la deuxième partie du mois d’avril, ce qui a incité certains à spéculer sur la fin du marché haussier. Bien que Bitcoin ait eu d’autres plans, la cryptomonnaie n’a pas été en mesure de conserver ses gains et a terminé le mois à 57 000 $.

Concernant le mois de Mai, VanEck, qui est un gestionnaire d’investissement mondial, a déposé en mai la demande de création du premier fonds négocié en bourse (ETF) d’Ethereum à la bourse de Paris et Amsterdam, après avoir déposé une nouvelle demande de création d’un ETF de Bitcoin quatre mois plus tôt. Après trois ans d’intenses débats, les ETF Bitcoin sont redevenus un sujet brûlant, de nombreuses institutions rivalisant pour être les premières à obtenir une allocation de fonds ETF Bitcoin.

La croissance de Bitcoin a aussi influencé plusieurs institutions financières, UBS, Goldman Sachs et Citigroup ayant tous annoncé leur intention de plonger dans les eaux de la cryptomonnaie au cours des prochaines semaines. Après avoir atteint un sommet de 65 000 dollars en avril, le BTC a connu l’une de ses chutes les plus brutales, avec une perte de 51 % en l’espace de deux semaines, dont 31 % en une seule journée. Cette chute a été suivie d’une autre chute brutale dans les semaines suivantes.

L’annonce par la Chine d’une interdiction effective de minage de cryptomonnaies dans le pays, ainsi que les critiques de Tesla concernant l’impact environnemental de l’industrie, ont pausés les bases de cette chute.

En mai, Bitcoin a connu un sort encore plus sombre : Binance a été critiqué par les régulateurs du monde entier et a fait l’objet d’une enquête de l’IRS (l’équivalent du FISC français au Etats-Unis) et du ministère de la Justice des États-Unis ont découvert que l’empire USDT de Tether, d’une valeur de 42 milliards de dollars, n’était soutenu que par 3,87% de réserves de liquidités.

Le Trésor américain a annoncé son intention de durcir la législation fiscale sur les cryptomonnaies afin de récupérer une partie des 600 milliards de dollars de recettes fiscales annuelles perdues ; et le nouveau directeur de la SEC, Gary Gensler, a également déclaré en mai que les cryptos sont : “Une réserve de valeur numérique et rare, mais très volatile”, a ajouter Gensler, en parlant spécifiquement du bitcoin. “Et il y a des investisseurs qui veulent le négocier, et le négocier pour sa volatilité, dans certains cas juste parce qu’il est moins corrélé avec les autres marchés. Je pense que nous avons besoin d’une plus grande protection des investisseurs dans ce domaine.”

En revanche, le marché en développement des NFT n’a pas semblé avoir été affecté par l’effondrement des cryptomonnaies, la plateforme d’enchère Christie ayant vendu aux enchères neuf cryptopunks pour 14,5 millions de dollars tandis qu’eBay a annoncé son intention de vendre des NFT sur son site Web.

L’entrée en scène du Salvador et de son président pro-BTC

Au cours du mois de juin, nous avons pu noter une nouvelle assez importante : le président du Salvador, Nayib Bukele, a révélé son ambition de faire reconnaître Bitcoin comme une seconde monnaie légale au côté du dollars américain. La communauté Bitcoin s’est réjouie de cette annonce qui a choqué les autorités bancaires et autres gouvernements du monde entier. Quelques jours plus tard, l’idée a été officiellement approuvée, le BTC devant faire l’objet d’une loi trois mois plus tard.

Étant donné que le cours de Bitcoin était passé sous la barre des 30 000 dollars en mai, il était évident que les semaines suivantes seraient calmes : soit le BTC rebondissait et revenait sur le marché haussier, soit il se trouvait dans un marché baissier, selon le point de vue. Dans tous les cas, l’été s’annonçait plutôt paisible.

Le mois de juin a démontré que l’interdiction de miner Bitcoin en Chine était efficace, avec une chute du hashrate à son rythme le plus rapide de l’histoire et des preuves anecdotiques de mineurs contraints d’arrêter et de se relocaliser dans d’autres parties du pays.

Bitcoin Hashrate Drops 35% Intraday — Mining Difficulty to Drop by 23%
Bitcoin.com

En Europe, le fait que John McAfee se soit suicidé dans sa cellule de police à Madrid quelques heures seulement après avoir appris qu’il serait extradé vers les États-Unis pour faire face à plusieurs allégations de criminalité financière, a pour sa part provoqué un vague de gros titres liés aux cryptomonnaies en juin ainsi que de vive réaction dans la communauté, certains affirmant que son suicide n’en était pas un.

Les déboires légaux de Binance

Les régulateurs ont refait parler d’eux à la fin du mois de juin, lorsque la Financial Conduct Authority (FCA), qui est l’organisme de réglementation financière du Royaume-Uni, a annoncé que la plateforme de cryptomonnaie Binance s’était vu interdire d’opérer au Royaume-Uni. Sauf que ce n’était pas le cas. Binance UK avait été bloqué pour le démarrage de sa plateforme de cryptomonnaie. Bien que ce soit le cas, Binance a néanmoins été contraint de stopper les retraits en livres sterling, au grand dam des utilisateurs britanniques.

Le PDG de Binance, Changpeng Zhao, s’est exprimé en réponse au torrent de mesures réglementaires qui s’est abattu sur la plateforme depuis le début de l’année. M. Zhao a comparé la législation sur les cryptomonnaies à la montée en popularité des véhicules, affirmant que ce n’est que lorsque les gens ont commencé à conduire que des règles ont été adoptées.

En outre, Zhao a déclaré que Binance avait l’intention de localiser ses opérations dans un certain nombre de pays afin de se conformer aux exigences réglementaires. La société proclamerait ses objectifs de devenir une “institution financière entièrement réglementée” plus tard en juillet, Zhao déclarant qu’il se tiendrait à l’écart si nécessaire pour aider à la réalisation de l’objectif.

Juillet : un mois difficile pour Bitcoin

Le mois de juillet a commencé avec la popularité du BTC à son niveau le plus bas depuis 18 mois. Après avoir atteint un sommet de 65 000 dollars en avril, le cours avait chuté à 33 000 dollars et montrait tous les signes qu’il avait l’intention d’aller beaucoup plus mal. C’est ce qui s’est produit, le prix étant tombé à 29 000 dollars le 21 juillet.

Cela dit, le prix de Bitcoin n’était pas la seule chose à avoir chuté : le taux de difficulté de minage était également tombé à un niveau historiquement bas, établissant un nouveau record. Il s’agissait d’une excellente nouvelle pour les mineurs de bitcoins basés en dehors de la Chine, qui étaient impatients de combler le vide laissé par la dernière interdiction, cette fois significative, des opérations de minage de bitcoins par le gouvernement chinois.

Ceux qui pensaient que les cryptomonnaies n’étaient utilisées que dans le cadre d’activités criminelles ont eu droit à un réveil brutal lorsque le commissaire adjoint adjoint de la police métropolitaine de Londres a déclaré que “l’argent liquide reste roi” pour les criminels qui cherchent à blanchir les produits du crime, faisant écho à un sentiment exprimé par Scotland Yard l’année précédente, qui avait déclaré que “les cryptomonnaies ne sont pas utilisées.”

Lorsque la Commission européenne a déclaré qu’elle avait l’intention d’interdire les portefeuilles et les transactions anonymes en cryptomonnaie, elle est devenue le dernier exemple d’un assaut mondial contre les marchés des cryptomonnaies. Elle figurait dans un rapport de 52 pages adressé à l’Union européenne, couplée à la collecte d’informations personnelles pour les transferts supérieurs à 10 000 €, et correspondait à la volonté des États-Unis de suivre toutes les transactions en cryptomonnaies d’un même montant dans une même juridiction.

Bitcoin a terminé le mois de juillet sur une note élevée, passant de 29 000 à 40 000 dollars en quelques jours. Cependant, l’excitation autour de cette réalisation allait bientôt être éclipsée par une désagréable surprise sous la forme du projet de loi sur les infrastructures des États-Unis.

La réglementation américaine des cryptomonnaies commence à prendre forme

Le mois d’août a commencé par le choc réglementaire le plus important que les marchés des cryptomonnaies aux États-Unis aient jamais connu. Parmi les dispositions du projet de loi sur l’infrastructure des États-Unis, qui tentait de collecter 6 000 milliards de dollars via des hausses d’impôts, figurait une disposition sur les cryptomonnaies qui visait à identifier les mineurs, les stakers et les autres personnes travaillant dans le même domaine que les courtiers et à les taxer en conséquence.

Les particuliers et les entreprises seraient tenus d’obtenir une licence financière pour opérer, les obligeant ainsi à respecter les mêmes lois que le reste de la population, ce qui était une flagrante démonstration de compréhension erronnée du fonctionnement du système des cryptomonnaies démontré par la décision.

La communauté a répondu avec négativité et a poussé à l’introduction d’une série de changements qui permettraient au moins de limiter les dégâts. Cependant, un seul sénateur a rejeté les amendements, laissant le secteur des cryptomonnaies aux États-Unis dans l’embarras.

La nouvelle a naturellement eu une influence sur le prix de Bitcoin, mais seulement pendant une courte période. Un rapide plongeon à 37 000 dollars a servi de carburant pour une reprise qui l’a vu atteindre 50 000 dollars à la fin du mois, démontrant que la hausse était revenue sur les marchés une fois de plus.

Fin 2021 : les avancées d’Ethereum et la montée fulgurante des NFT

La mise en œuvre de la mise à niveau EIP-1559, qui se traduirait par la combustion de l’ETH pour chaque transaction et la réduction drastique des rémunérations des mineurs, a constitué un développement majeur pour le réseau Ethereum en août 2021. La mise à jour s’est déroulée avec succès, et un nombre étonnant de 4 750 ETH, d’une valeur de plus de 12 millions de dollars, ont été brûlés au cours des 24 premières heures de l’opération.

Quelques semaines seulement après que Visa a révélé avoir acheté un CryptoPunk pour 150 000 dollars, les NFT ont à nouveau fait parler d’eux en août, lorsque Marvel a présenté sa première création, une collection Spider-Man. Les nouvelles ont été pires pour ceux qui conservaient leurs NFT dans leurs portefeuilles MetaMask, car un fraudeur a utilisé une nouvelle fonctionnalité du portefeuille pour voler les NFT de deux utilisateurs distincts.

En août, il a été rapporté que le projet DeFi Poly Network avait été piraté pour une valeur de 600 millions de dollars de jetons, mais le voleur a été identifié comme un pirate blanc (white hat) qui a ensuite rendu les jetons, non sans avoir émis un avertissement sur la sécurité des projets. En outre, il a obtenu un poste en guise de remerciement.

Binance SV a subi encore plus d’attaques de 51 % en août, après plusieurs en juillet. En conséquence, les bourses ont été contraintes d’aller en justice pour faire geler les pièces doublement dépensées sur leurs plateformes, ce qui a entraîné la fermeture de leurs plateformes. Lorsqu’il a été révélé que Craig Wright, l’inventeur du BSV, utilisait un prêt basé sur Tulip Trust, qui possédait 1,1 million de BTC, le bloc record de 2 Go miné par le principal mineur de la société, TAAL, a perdu de son éclat.

La SEC a déclaré le 1er septembre qu’elle enquêtait sur Uniswap, ce qui a confirmé les remarques faites par le nouveau chef de la SEC, Gary Gensler, selon lesquelles il s’intéresserait aux plateformes dès la première semaine de son mandat. Cela a présenté la possibilité inquiétante que les entreprises DeFi soient ciblées, ce que la plateforme DeFi, BlockFi, avait déjà expérimenté dans ses propres opérations. Celsius s’en est également rendu compte lorsqu’elle a été frappée par trois coups réglementaires à la fin du mois de septembre, un geste qui indiquait que les rouages commençaient à peine à tourner.

Ce mois de septembre a semblé être marqué de restrictions, puisque Coinbase a déclaré que la SEC avait menacé de les poursuivre s’ils lançaient Coinbase Lend, car cela représenterait une vente illégale de titres. Cela s’est produit après que la SEC a demandé à l’entreprise de cryptomonnaies de demander la permission plutôt que de demander pardon et n’a pas tenu compte des demandes d’aide de Coinbase.

La SEC a demandé des documents à l’entreprise et a obtenu des témoignages de travailleurs, a déclaré Armstrong, le co-fondateur de Coinbase dans une série de messages sur Twitter.

La SEC participe à des méthodes d’intimidation derrière la scène”, a-t-il ajouté, appelant notamment à de meilleures directives réglementaires et à une application uniforme des règles par la SEC dans tout le secteur financier.

“J’ai pris l’avion pour Washington, DC, en mai de cette année pour parler à tous les régulateurs et départements du gouvernement que j’ai pu trouver”, a déclaré Armstrong. “Selon moi, la SEC a été le seul organisme de réglementation qui a refusé de me rencontrer, déclarant que “nous ne rencontrons aucune entreprise de crypto.” Cela s’est produit peu de temps après que nous soyons devenus la première startup de crypto-monnaie à entrer en bourse aux États-Unis.”

Brian Armstrong, CEO et Co-Fondateur de Coinbase

Les États-Unis ne sont pas les seuls à devenir trop réglementés. Après avoir interdit le minage de cryptomonnaies en mai, le gouvernement chinois a bloqué les transactions de cryptomonnaies pour la première fois depuis 2017, provoquant une nouvelle chute du cours de Bitcoin et la suspension des plateformes desservant le pays. Les services DeFi ont connu une augmentation significative, la majorité des plateformes d’échange ayant augmenté de 25% ou plus.

Le Bitcoin Day a été célébré par la communauté de Bitcoin lorsque la cryptomonnaie est devenue l’argent liquide légal au Salvador. Le président du Salvador, Nayib Bukele, a marqué l’occasion en achetant 400 bitcoins avec les fonds publics et en promettant d’en acheter davantage à l’avenir.

La remontée du BTC depuis son plancher à 29 000 dollars s’étant essoufflée autour de 52 600 dollars, la cryptomonnaie a subi une chute de 10 000 dollars en à peine 24 heures.

Certains ont tout de même profité de ce mouvement, comme le montre la vente d’une collection de 101 NFT du Bored Ape Yacht Club pour 24,39 millions de dollars chez Sotheby’s à New York.

En l’espace de trois semaines, Bitcoin il a retrouvé son précédent sommet de 65 000 $, ce que personne n’aurait pu imaginer en juillet, suscitant des inquiétudes quant à un double sommet lorsqu’il a été rejeté par le marché en septembre.

Le mois d’octobre a commencé par des nouvelles encourageantes de Visa, un processeur de paiement qui a exprimé son soutien aux cryptomonnaies. Visa a annoncé des plans pour Universal Payment Channel, une plateforme interopérable de traitement des paiements qui permettrait, entre autres, de traiter les actifs numériques aux côtés des monnaies fiduciaires. Selon l’article, Visa devrait utiliser la monnaie stable USDC dans les futurs projets pilotes du canal, suite aux essais réalisés avec cette monnaie stable.

À la fin du mois d’octobre, Mastercard a déclaré qu’elle explorait elle aussi des méthodes pour inclure des actifs numériques dans son réseau, affirmant qu’elle souhaitait “jouer un rôle dans la facilitation des clients qui cherchent à faire” des transactions en cryptomonnaies en fournissant une “facilitation”.

L’annonce d’une coopération entre Stellar et Circle, qui verrait les pièces USDC être déplacées sur le réseau Stellar, a été un autre processeur de paiement à monter (ou remonter) dans le train des cryptomonnaies. MoneyGram, une société américaine de paiements transfrontaliers P2P et de transfert d’argent, a mis fin à son partenariat avec Ripple, après que le développeur de xRapid a accepté de payer l’entreprise de transfert d’argent pour avoir le droit d’utiliser son service.

Après sept ans d’attente, les victimes de Mt. Gox ont finalement eu leur mot à dire en octobre, en votant de manière décisive en faveur du dernier plan de restauration autorisé par le gouvernement. Grâce à cela, le versement de dividendes en 2022 est désormais une possibilité réaliste, alors qu’il avait été exclu auparavant.

Jon Cunliffe, gouverneur adjoint de la Banque d’Angleterre, a démontré exactement à quel point la banque est déconnectée d’elle-même ce mois-ci lorsqu’il a réfuté un rapport que la banque avait produit quelques jours auparavant. M. Cuniffe n’était pas d’accord, assimilant Bitcoin à la crise des prêts hypothécaires à risque américains, qui a entraîné l’effondrement financier mondial de 2008. Selon l’analyse, l’effondrement du système de cryptomonnaie n’aurait que peu d’effet sur l’économie britannique.

Une enquête de Bloomberg a révélé quelque chose que presque tout le monde savait déjà sur Tether concernant l’incapacité de la cryptomonnaie à garantir ses réserves avec de l’argent liquide. Tether est revenu sur le devant de la scène en octobre. Ces enquêtes ont été mises en suspens pour le moment après que Tether a conclu un accord de 41 millions de dollars avec la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) dans le cadre d’une enquête sur le fait que Tether a menti sur ses réserves entre 2016 et 2019.

L’approbation d’un ETF Bitcoin a été de loin le développement le plus important de ce mois. En octobre, ProShares a reçu l’autorisation de créer un fonds négocié en bourse à terme sur Bitcoin, ce qui a été accueilli par une activité record, que beaucoup ont vu comme le début de la fin du marché haussier des cryptomonnaies. Pendant ce temps, Bitcoin a dépassé son sommet historique et a atteint 67 000 dollars dans les jours qui ont suivi le lancement du fonds.

C’est au début du mois de novembre que s’est ouvert le procès Kleiman contre Wright, un procès se basant sur la propre évaluation de la propriété intellectuelle en sa possession, Bitcoin. Ironiquement, The Man Who Wasn’t Satoshi Nakamoto, une série de podcasts sur l’affaire Craig Wright, a été lancée en même temps que le début du procès.

Avec le déploiement du protocole EIP-1559, le millionième ETH a été brûlé en novembre également. Le protocole, qui a été déployé en août, a fondamentalement modifié la façon dont les transactions Ethereum étaient effectuées, ce qui a entraîné la combustion d’ETH à chaque transaction, la millionième transaction ayant eu lieu le 24 novembre 2018.

Novembre a été un bon mois pour les victimes de Mt. Gox, qui ont pu exécuter un accord définitif leur remboursant une partie de l’argent qu’ils ont perdu lorsque la plateforme a fait faillite en 2014. Après des années de débats et de créanciers refusant d’avancer l’affaire, tout le monde est parvenu à un accord, ce qui signifie que les paiements seront effectués en 2022, au plus tôt.

À la suite de l’ETF Bitcoin d’octobre, le prix du bitcoin a bondi en novembre, atteignant un sommet historique de 69 000 dollars le 9 novembre, avant de s’engager dans une tendance à la baisse qui l’a finalement ramené à 42 000 dollars en décembre, incitant de nombreuses personnes à prévoir que le cycle haussier était terminé.

Le procès Kleiman contre Wright s’est conclu au début du mois de décembre. Wright a été condamné à verser 100 millions de dollars à W&K Info Defense. Les partisans de Wright ont affirmé que le procès avait renforcé sa revendication d’être Satoshi Nakamoto, mais les juges avaient expressément indiqué que le procès ne portait pas sur ce point, et le jury n’a pas pris de décision à ce sujet.

“Nous sommes immensément heureux que notre client, W&K Information Defense Research LLC, ait gagné 100 000 000 $, reflétant le fait que Craig Wright a injustement pris des actifs liés aux bitcoins de W&K”, a déclaré l’avocat de W&K.

Avant que BitMart n’aille plus loin et ne soit kidnappé pour 200 millions de dollars, BadgerDAO avait perdu 120 millions de dollars aux mains des hackers en seulement quelques jours. Une semaine plus tard, AscendEX s’est fait voler 77 millions de dollars dans ses portefeuilles actifs, couronnant ainsi ce qui a été le mois le plus meurtrier de l’année pour les plateformes de cryptomonnaies.

C’est à ce moment que le projet de cryptomonnaie Libra de Facebook (désormais nommé Meta) , qui est géré par l’association Libra a été créé. Les rallyes hivernaux sont historiquement courants dans l’histoire de Bitcoin, et lorsque le BTC a dépassé les 59 000 dollars le 1er décembre, l’optimisme était de mise pour une répétition de la performance de novembre.

Pour le reste du mois, le prix a varié entre 46 000 et 52 000 dollars, l’année se terminant à 47 000 dollars pour le BTC.

Les meilleures plateformes de cryptos | Juin 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, le contenu éducatif de ce site est proposé de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. BeInCrypto a pour priorité de fournir des informations de haute qualité, en consacrant du temps à la recherche et à la création d'un contenu informatif pour les lecteurs. Bien que des partenaires puissent récompenser l'entreprise avec des commissions pour des placements dans les articles, ces commissions n'influencent pas le processus de création de contenu impartial, honnête et utile. Toute action entreprise par le lecteur sur la base de ces informations se fait strictement à ses propres risques.

TCPMHRYSU-U025C4WBUMA-1cc57f39583e-512.jpg
Soilihi Dhoulkifli
Depuis 2017, Dhoulkifli se spécialise dans l'analyse de crypto-projets, notamment les ICO. Il a travaillé pour plusieurs acteurs privés et publics en tant qu'analyste, médiateur, rédacteur et chercheur.
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé